Beau bruit

Solotone : et toi, t'écoutes quoi ?

Publié le 6 Février 2014 par beau bruit in Solotone

En octobre et novembre 2013, j'ai rencontré 22 élèves volontaires du lycée Lorca de Théza, entre 15 et 20 ans. 8 filles et 14 garçons, ce qui correspond à peu près au ratio filles-garçons de ces classes. J'ai demandé à chacune et chacun de me confier deux morceaux de musique de leur choix, parmi leurs préférés du moment ou de toujours. D'autre part, j'ai enregistré individuellement avec elles et eux des entretiens de 10 à 20 minutes autour d'un questionnaire pré-établi. Bien que le projet ne soit pas une étude sociologique, je me risque à dresser quelques généralités.

Solotone : et toi, t'écoutes quoi ?

C'est une génération (née dans les années 90) qui a encore découvert la musique par la radio ou le CD. Cependant, ni la radio ni le CD ne sont leurs supports d'écoute aujourd'hui. Leur enfance correspond à la période où les graveurs de CD commençaient à être monnaie courante. C'était le début d'internet et de la généralisation du format mp3 qui voyait les gens commencer à stocker leur musique sur ordinateur. Pour certains de ces jeunes, ce sont leurs parents qui leur ont fait découvrir la musique dématérialisée.

C'est en moyenne à 11-13 ans, parfois moins, parfois plus, qu'ils ou elles ont eu le sentiment de vraiment choisir la musique qui leur plaisait. Leur premier appareil d'écoute personnel a souvent été un lecteur mp3 et, aujourd'hui, c'est l'ordinateur personnel qui est leur principale base de stockage, en plus d'un lecteur mp3 ou d'un téléphone portable.

Tou·te·s pratiquent l'écoute au casque (ou écouteurs) et beaucoup la préfèrent. Les raisons invoquées sont souvent une meilleure qualité d'écoute et surtout le besoin de s'isoler : la musique reste quelque chose de personnel, que l'on préfère parfois garder pour soi. Pour autant, aucun·e ne s'estime dérangé·e par la musique des autres, même quand elle est diffusée dans l'espace public.

Leurs moments d'écoute de musique sont variés. C'est souvent sur le temps de transport. Parfois en effectuant des tâches domestiques, en faisant du sport ou en étudiant. Quand ils ou eles se consacrent exclusivement à l'écoute de la musique, c'est souvent pour se relaxer. Peu nombreux·ses sont celles ou ceux qui y accordent une véritable attention, pour la beauté de la musique ou des paroles.

Solotone : et toi, t'écoutes quoi ?

Du côté des goûts musicaux, c'est plus complexe. Ils revêtent une tonalité électro-dance qui est celle du mainstream du moment. Le rock n'est pratiquement jamais cité, à part les différents types de metal qui ont leurs adeptes. Qu'elle soit rap, slam ou chanson française, la chanson à texte est souvent appréciée. Certain·e·s élèves ont des difficultés à classer leurs goûts musicaux en genres, prétextant que les étiquettes importent peu selon eux. Pour quelques autres, la notion même de genre musical est floue.

La quantité de musique possédée est difficile à estimer (1000 titres ? 5 Go ? 500 heures ?) mais c'est toujours “beaucoup”. La plupart accumule, très peu efface (mis à part les doublons). Ils ou elles découvrent de nouvelles musiques principalement par internet. Leur principal fournisseur et prescripteur est YouTube, dont les fonctions de recommandation automatique leur sont très utiles pour découvrir de nouvelles musiques. Presque tou·te·s téléchargent illégalement ou quelqu'un le fait pour eux, en utilisant des logiciels qui convertissent les vidéos de YouTube en mp3.

Beaucoup n'ont jamais acheté de la musique et encore plus n'en ont jamais reçu en cadeau. Pourquoi offrir quelque chose qu'ils peuvent obtenir gratuitement ? Quand ils achètent, c'est pour soutenir des artistes qu'ils apprécient particulièrement. Tou·te·s ne cherchent pas à partager ou à s'échanger leur musique, car les goûts de chacun·e sont soumis au jugement des autres – pas toujours tendre – et l'écoute de la musique demeure donc une pratique personnelle. L'échange de musique directement par Bluetooth ou clé USB se pratique relativement peu : souvent on se recommande le titre du morceau et on se le procure ensuite par internet, de façon solitaire.

La plupart dit ne pas pouvoir vivre sans musique :-)

Commenter cet article