Beau bruit

Écoutons-nous

Publié le 18 Juillet 2014 par beau bruit in Réflexions

Ce 18 juillet, la Journée Mondiale de l'Écoute 2014 s'inscrit sous le thème "Écoutez-vous !"

Mais que signifie "s'écouter" ?

Écoutons-nous

La Journée Mondiale de l'Écoute (World Listening Day) émane de groupes et d'institutions qui réfléchissent à l'évolution de l'environnement sonore et à la place du son dans nos vies. Nous pouvons alors comprendre la phrase "Écoutez-vous !" comme une invitation à prendre conscience de nos productions sonores individuelles (qu'elles soient sous la forme de paroles, de musique ou de tant d'autres bruits, qu'elles soient volontaires ou induites, dans la sphère privée ou dans l'espace public) et de l'impact de celles-ci sur notre entourage et sur notre environnement. Il est vrai que, bien souvent, nous ne nous rendons pas compte (ou nous préférons ignorer) la portée de nos manifestations sonores qui, dans le quotidien, racontent pourtant beaucoup de notre rapport au monde.

Mes vêtements font-ils du bruit lorsque je marche ? Attirent-ils l'attention sur moi ? Que produit le frottement de ma démarche, de mes pas, sur quelqu'un qui me croise dans la rue ? Suis-je capable de lister tous les sons dont je suis responsable dans mon quotidien – du grincement de mes volets que je manipule deux fois par jour, au moteur de ma voiture lorsque je manœuvre devant chez moi, en passant par le carillon en bambou au fond du jardin ? Parmi "mes sons", quels sont ceux qui me plaisent, ceux que je préfèrerais supprimer ou remplacer ?

Après tout, nos "émanations sonores" dessinent comme des bulles invisibles plus ou moins grandes autour de nous, des extensions de nos individualités dans tout ce qu'elles peuvent avoir de privé, que nous trimballons avec nous où que nous soyons. Lorsque nous croisons quelqu'un d'autre, nos bulles respectives se rencontrent, parfois dans l'indifférence, parfois dans le respect, parfois dans le conflit. Cela est également valable en ce qui concerne nos interactions avec les autres êtres vivants. Nos émanations sonores sont une des manières dont notre existence se manifeste, constituant par là un signe de reconnaissance vis-à-vis du monde extérieur (cela commence par le premier cri du nouveau-né) et une condition de possibles relations.

Si je mets la musique fort, est-ce que j'adresse un message ? Suis-je seulement un consommateur de musique ou est-ce que je me permets de la pratiquer sans complexe ? Comment ma voix porte-t-elle ? Que raconte-t-elle de moi, ma voix, lorsque je parle, lorsque je chuchote, lorsque je crie ? Est-ce que mon émotion concorde toujours avec le son, le ton de ma voix ?

S'écouter renvoie autant vers l'extérieur de soi que vers l'intérieur. Nous pouvons alors réfléchir à la proposition "Écoutez-vous !" dans un sens à la fois plus intime et plus global, dans ses dimensions psychologique, philosophique ou spirituelle. Lorsque l'on dit "Si je m'écoutais…", on montre qu'on agit souvent en fonction des autres, en s'arrangeant soi-même avec ce qui se passe à l'extérieur de soi. Dans un contexte plus harmonieux, on dirait "s'accorder" plutôt que "s'arranger". Trouver l'accord nous renvoie d'ailleurs à l'univers musical et à la notion de résonance. Quand "ne pas s'écouter" est le signe d'un désaccord, d'un malaise et finalement d'une coupure avec le monde, "s'écouter" est, au contraire, la prémisse d'un possible accord entre l'intérieur et l'extérieur, entre soi et ce qui est hors-soi.

… Et ce ballet d'hirondelles que je ne réussis pas à enregistrer aujourd'hui pour cette maudite Journée mondiale de l'écoute, déclenchant mon enregistreur toujours trop tard ou trop en avance, puis-je trouver en moi-même comment me mettre en accord avec elles ?

Commenter cet article