Beau bruit

L'esprit de l'Estuaire et autres inventions du Centre de Découverte du Son

Publié le 3 Août 2012 par beau bruit dans Réflexions

C'est fin mars 2012 que Télérama.fr a lancé un Blog de la création sonore où j'ai le plaisir d'écrire régulièrement. Pour moi c'est à chaque fois l'occasion de présenter une pièce sonore dans laquelle le “son du réel” joue un rôle primordial, et de mettre en valeur un.e artiste sensible aux phénomènes acoustiques qui l'entourent. Ma dernière chronique en date tourne autour de quelques productions issues du projet du Centre de Découverte du Son de Cavan. J'avais déjà eu l'occasion de présenter ce lieu pionnier ici-même :

 

La visite du Centre de Découverte du Son de Cavan (Côtes d'Armor) a montré la réussite de l'intégration en milieu rural semi-naturel d'un projet pédagogique et touristique voué à une certaine idée de l'écologie sonore. À côté du Jardin sonifère, œuvre très inventive bien que pour le moins paysagiste, le Sentier musical offre (et c'est vraiment un cadeau !) une immersion dans une nature magnifique, en l'occurrence un vallon forestier garni de granite et de végétaux de toutes sortes, au fond duquel court une petite rivière. L'aspect didactique de cet éveil à l'écoute est savamment dosé et sait s'effacer jusqu'à totalement pour laisser libre cours à la contemplation, à la rêverie et à l'interprétation, par chacun, des installations sonnantes et des espaces sonores. Ouvert depuis bientôt 15 ans, le Centre de Découverte du Son est un work-in-progress qui s'adapte au gré des usages des visiteurs mêmes. [lire l'entièreté du billet]

 

P1100158.JPG

Les “cuicas” arboricoles de Cavan. Génial ! Photo : C. Prunneaux

 

Mais les esprits frappeurs du Centre de Découverte du Son ne sont pas seulement des bidouilleurs ingénieux et des recycleurs fous. Leur savoir-faire sonore s'entend également dans de ce qu'on pourrait appeler des “mises en scène enregistrées” dans lesquelles une écoute très pointilleuse de l'environnement inspire des situations de jeu acoustique :

 

Dans la première plage (c’est le cas de le dire), le flûtiste Jean-Michel Veillon dialogue avec le ressac sur les galets de Brestan, une grève sauvage au nord de Tréguier. Dans la deuxième, le comédien Julien Simon profère un texte ancien dans la petite baie de Pommelin, près de Lézardrieux. “Estuaire signifie... marée !” : lancés comme des bouteilles à la mer, les mots répercutés par l’écho éclatent et résonnent dans toutes leurs couleurs sonores. Et ainsi de suite au fil du CD Géosonorités diversifiées, pour lequel c’est toujours l’acoustique du site naturel ou la sonorité des éléments qui ont construit la diction, le thème musical, la place de l’acteur et bien sûr celle du preneur de son. Entre poésie concrète et écologie sonore. [lire l'entièreté de la chronique sur Télérama.fr]

 

Étienne Noiseau.

Lire la suite

Qu'est-ce que l'art radiophonique ?... conférence et diffusions à Perpignan

Publié le 2 Avril 2012 par beau bruit dans Annonces

121_2162_300ppp.jpg

 

Depuis toujours, des créateurs se sont emparés de la radio. Tandis que les potentialités esthétiques de la radiodiffusion sont très tôt discutées par des penseurs comme Walter Benjamin, Bertolt Brecht ou encore Rudolf Arnheim, la mythique Guerre des Mondes d'Orson Welles nous offre déjà en 1938 l'exemple de la maîtrise de deux genres-clé – le théâtre radiophonique et le reportage parlé – dans la forme d'un habile détournement artistique du médium... qui conduisit à quelques mouvements de panique légendaires.

 

La recherche fondamentale sur le son naît dans l'immédiate après-guerre au sein même des organismes de radiodiffusion. À la RTF, Pierre Schaeffer et Pierre Henry inventent la musique concrète, tandis qu'à la WDR de Cologne, Karlheinz Stockhausen compose les premières œuvres électroniques. Ces musiques radicalement nouvelles s'émanciperont de la radio tout en y laissant leur empreinte sur des artistes, des auteurs, des compositeurs, des ingénieurs du son, qui les intègrent au langage radiophonique. Dorénavant le micro et la bande magnétique sont au créateur radiophonique ce que le pinceau et la toile sont au peintre : le son est une matière qui se sculpte.

 

Mai 1968 fait surgir au micro paroles et bruits de la réalité brute, en prémisse au mouvement de libération des ondes. Le besoin de libre expression, tant dans les propos que dans la forme, donne naissance au “documentaire de création”, notamment au sein de l'Atelier de Création Radiophonique de France Culture fondé en 1969 par Alain Trutat, dont le “tailleur de sons” Yann Paranthoën est un des piliers majeurs. En parallèle, les sons du réel sont adoptés par des compositeurs comme Luc Ferrari, dont les Hörspiele, ces “jeux pour l'écoute” qui mélangent voix, bruits et musique, sont prisés par les radios allemandes.

 

Aujourd'hui la création radiophonique est vivante, comme en témoignent de nombreux événements publics (cinq festivals rien qu'en France), ainsi qu'un vivier de création sur le web (Arte Radio, Silence Radio). C'est justement internet qui apporte une nouvelle donne à l'art radiophonique. En stoppant le flux, en “matérialisant” les émissions de création (archivage en ligne, podcasting), on en vient plus aisément à considérer les émissions de création comme des œuvres, et leurs producteurs comme des auteurs et des artistes à part entière.

 

Aujourd'hui, ce qu'on appelle la “radiophonie” rassemble des pratiques diverses qui vont de la performance live à l'installation, en passant bien sûr par la composition, la fiction et le documentaire résolument “acousmatiques”. Elle a recours à des technologies numériques comme la téléphonie mobile et le GPS. Art sonore, art de la transmission, art de l'oralité, art environnemental, invisible et mobile, l'art radiophonique dans toutes ses déclinaisons a sans aucun doute de beaux jours devant lui. 

 

E. N.

Cycle SYNTAX 11.2 : L'Art radiophonique

Quatre rendez-vous sur deux jours, du 24 au 25 avril 2012, pour explorer l'histoire de la recherche et de la création radiophoniques, une pratique qui conduisit Pierre Schaeffer à inventer la musique concrète et à théoriser l'écoute acousmatique. “De la simple saisie du réel [par le microphone] à l'œuvre radiophonique, en peu d'années, le cycle s'est bouclé de l'impression à l'expression. Le domaine radiophonique se trouve contenu dans ce circuit” (P. Schaeffer).

Invité : Étienne Noiseau, auteur, réalisateur et critique radiophonique.

Échange avec les classes de composition électroacoustique du Conservatorio di Musica Tito Schipa de Lecce en Italie et de l'Université des arts d'Osaka au Japon.

 

1. Mardi 24 avril 2012 · 18h15 · Auditorium du Conservatoire

Concert acousmatique

- Kyohei Hayashi Broadcast Yourself [2011] 08'10

- Étienne Noiseau Accélération [extrait de Le Son de l'amour, 2006] 02'18

- Biel Godoy Gaïa [2012, création] 18'00

- Étienne Noiseau Luna [extrait de Le Son de l'amour, 2006] 04'09

- Daniele De Pascali Godiè [2011] 14'56

- Étienne Noiseau Relax ! nous sommes en démocratie [avec Floriane Pochon, 2007] 07'22

Interprètes : Denis Dufour, Jonathan Prager, Biel Godoy, Orian Batigne sur acousmonium Motus.

 

2. Mardi 24 avril 2012 · 20h00 · Auditorium du Conservatoire

Concert/Conférence

Qu'est-ce que l'art radiophonique ? par Étienne Noiseau, avec de nombreux exemples historiques et actuels choisis dans les œuvres d'Alessandro Bosetti, Chantal Dumas, Luc Ferrari, Anna Friz, Antonin Artaud, Delia Derbyshire, Pierre Schaeffer…

 

3. Mercredi 25 avril 2012 · 18h15 · Auditorium du Conservatoire

Concert acousmatique et instrumental

- Étienne Noiseau Tramuntana (Camp de Rivesaltes) [2011] 04'58

- Étienne Noiseau The Pompeii drops [2011] 03'27

- Orian Batigne Cito, longe, tarde [2012, création] 35'00

- Étienne Noiseau Riot radio hit [2008] 01'42

- Haruka Sumikawa Sublimater [2012] 09'36

Interprètes : Jonathan Prager, Orian Batigne, Denis Dufour sur acousmonium Motus

 

4. Mercredi 25 avril 2012 · 20h · Auditorium du Conservatoire

Concert de créations radiophoniques

- Yann Paranthoën L'Effraie [2000] 16'00

- Tomonari Higaki Teshima Mysterious Story [2010] 11'03

- Étienne Noiseau Au beau milieu du bruit [2008] 24'29

- Luc Ferrari Presque rien avec filles [1989] 13'54

Interprète :Jonathan Prager sur acousmonium Motus

 

Entrée libre pour l'ensemble des manifestations.

Lieu : auditorium du conservatoire, Forum Saint-Martin, 6 avenue Foch 66000 Perpignan.

Infos : Conservatoire 04 6808 6370

 

Organisation Ecouter Voir... / CRR Perpignan-Méditerranée

Coproduction Syntax · Motus

Avec l'aide de la Région Languedoc-Roussillon · la Sacem.

Lire la suite

Point par point

Publié le 12 Mars 2012 par beau bruit dans Créations

pointparpoint

 

Point par point (23'45)

 

 

Point par point est une pièce sans sujet véritable, mais conçue par affinité de matières sonores sur six lieux géographiques, six terrains aux fonctions semblables. Elle combine des instantanés collectés tout au long d'un parcours dans ces espaces, selon une logique qui s'appuie sur leurs points communs acoustiques ou métaphoriques. Les “points” du titre sont donc ces points communs et tous les autres multiples sens du mot “point” qu'il a fallu parcourir, poser, relier et même compter jusqu'à la finition de la pièce. Je propose que l'écoute de Point par point soit active et détendue de toute attente sémantique, en espérant que son côté sensible et même humoristique puisse transparaître !

 

Pour en savoir plus... : de septembre à novembre 2011, je passai plusieurs jours et nuits dans six lycées agricoles de la région Languedoc-Roussillon dans le cadre du dispositif Nature sensible : La Canourgue, Pézenas, Castelnaudary, Narbonne, Rivesaltes, Théza. Dans chacun de ces lycées se déroulait une résidence d'artiste en prise avec le lieu, ses enseignements thématiques et des élèves. Mon rôle fut d'imaginer une œuvre spécifique et personnelle, pouvant également témoigner d'une façon ou d'une autre de ce qui se passait dans les lycées entre les artistes résidents, les lieux et les élèves.

 

Point par point a été exposée du 29 février au 11 mars 2012 au Lieu d'Art Contemporain de Sigean. Écriture et réalisation : Étienne Noiseau.

Lire la suite

Exposition collective au L.A.C.

Publié le 29 Février 2012 par beau bruit dans Annonces

Du 29 février au 11 mars. Vernissage le 29 février à 17h30.

 

Le L.A.C. prête la grande salle du rez-de-chaussée aux artistes ayant travaillé en résidence dans six lycées agricoles du Languedoc-Roussillon. Cette présentation est principalement dédié aux élèves des lycées concerné, mais également aux autres établissements et aux particuliers (sur RDV et venir chaudement vêtu !)

 

Etienne Noiseau présentera une pièce sonore de 23'45" intitulée Point par point. Cette pièce est la résultante de la résidence itinérante qu'il a menée sur les six lycées agricoles du dispositif Nature sensible 2011. Point par point combine des instantanés collectés au long de son parcours, selon une logique qui s'appuie sur les points communs acoustiques ou métaphoriques.

L'espace présentera les œuvres des 6 autres artistes et collectifs du dispositif : œuvres vidéo, installations plastiques, performance.

 

Lieu d'Art Contemporain - 1 rue de la berre - Hameau du lac - 11130 Sigean - 04 68 48 83 62

 

Carton-Nature-Sensible-2011-web.jpg

Carton-Nature-Sensible-2011.jpg

Lire la suite

Le Grand Arbre

Publié le 27 Février 2012 par beau bruit dans Ateliers

“Faisons un livre audio” était l'invitation de cet atelier court (quatre fois deux heures) mené à la Médiathèque de Perpignan du 14 au 18 février 2012. Ce qu'on appelle livre audio revêt plusieurs sens : ici, il s'agissait de transposer un album de littérature jeunesse en histoire sonore, d'interpréter texte et images en sons.

• La première séance a consisté à présenter le projet d'atelier aux douze participants d'âges très divers. Histoire de nous mettre quelques sons dans l'oreille, nous avons écouté une création réalisée sur le même principe : Je suis un marronnier. Nous avons ensuite fait une lecture collective de l'album choisi pour cet atelier : Le Grand Arbre de Rémi Courgeon. Nous l'avons analysé en grandes lignes (quels sont les personnages, les décors, les bruits qui participent à l'histoire), puis nous avons achevé cette première séance par la délicate étape de la répartition des rôles : la narration serait effectuée en tandem par les deux adultes les plus expérimentées, tandis que les personnages à dialogues seraient incarnés par les jeunes participants.

• La deuxième séance a été totalement occupée par l'enregistrement du texte avec les comédiens, pendant que les autres participants constitués en groupe de bruiteurs s'entraînaient. À la toute fin, nous avons enregistré avec eux quelques décors importants.

• La troisième séance a vu la fin de l'enregistrement des bruitages, pendant que le groupe des comédiens s'initiait au montage du texte sur les ordinateurs (avec MixSonic).

• La dernière séance a vu l'initiation des participants-bruiteurs au montage, puis la finalisation du montage et du mixage devant tout le groupe. Tous les sons créés n'ont pas été montés, mais en finale voici une création plutôt aboutie. Cela donne envie de recommencer !

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>